En route pour le Honduras!
Nouveau boulot et nouvelle vie en terre inconnue!

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Où suis-je actuellement ?




«  Novembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 



Rubriques


Menu


Pays en état d'urgence oublié...

Le pays est en état d'urgence. Il pleut quasi sans interruption depuis maintenant 5 jours, et pas de la petite pluie. Nous sommes en pleine dépression tropicale....

 

Pas d'ouragan mais les conséquences pour le pays sont deja estimées pires qu'apres le passage de Mitch, l'ouragan qui avait ravagé le Honduras en 1998, il y a 10 ans tout pile. Des villes entieres sont inondées, des routes coupées, voir carrément écroulées, des éboulements de terrain, des maisons détruites par centaine...

 

A SPS, Le Rio Piedra est sorti de son lit et s'est transformé en torrent. Les bidonvilles des bords du fleuve ont été détruits et la circulation est plus que difficile puisqu'ici il n'y a pas de pont pour traverser. Le fleuve a été aménagé pour faire passer les voitures mais par ce temps, la route est barrée. Du coup tout prend un temps infini puisqu'on doit faire des détours de fou pour aller d'un endroit a un autre.

 

Les écoles et colleges sont restés fermés aujourd'hui en raison des problemes de transports.

 

Hier soir un glissement de terrain a Tegus dans un bidonville a fait 5 morts: une femme, ses 3 enfants et la voisine, enterrés vivants dans leur "baraque".

 

 

Pour le moment, le bilan est de:

25 morts

16 départements touchés sur 18

24169 maisons endommagées

200 000 personnes touchées dont 11 000 qui n'ont deja plus rien

 

Et ce n'est pas pret de s'arreter puisque la météo prévoit encore de la pluie pour 48h minimum.

 

Le gouvernement a lancé son plan d'urgence hier am et a lancé un appel aux dons. L'armée est mobilisée et les habitants s'organisent petit a petit pour se porter secours.

 

C'est la cata. Les personnes touchées sont, bien évidemment, les plus pauvres. Elles n'avaient pas grand chose. Maintenant, elles n'ont plus rien.

 

Et comme dans de nombreux pays du "Tiers Monde" oubliés, dont personne ne parlent jamais, les gens vont se débrouiller seuls, s'entraider, essayer de s'en sortir, de reconstruire et de revivre seuls...mais "avec l'aide de Dieu".

Je peux comprendre qu'ils se tournent vers lui. En qui croire quand on a plus rien? J'espere seulement pour eux, que pour une fois, "Il" se manifestera.


Publié à 10:22, le 21/10/2008, San Pedro Sula
Mots clefs :
Lien